Le ministère reconnaît enfin le sous-financement

25 janvier 2019

Montréal, le 25 janvier 2019. – « Nous dénonçons la situation depuis longtemps et le ministère reconnaît enfin le sous-financement du réseau collégial. En effet, un rapport d’un comité d’experts mandaté par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur confirme aujourd’hui le sous-financement du réseau collégial. Il est clair qu’un réinvestissement s’impose maintenant de façon urgente », souligne d’entrée de jeu Mario Beauchemin, vice-président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

Un manque à gagner réel

La CSQ réagit ainsi au dépôt du rapport sur la révision du modèle de financement des cégeps. Mario Beauchemin ajoute que « le comité estime le manque à gagner à près de 70 millions de dollars. Par contre, il est bien nécessaire de rappeler que ce montant n’est lié qu’à la révision d’une partie du modèle de financement (FABES) et ne couvre pas le volet comprenant les allocations pour le personnel enseignant ».

Pour le vice-président, il s’agit d’un seuil minimum dont le ministre des Finances, Éric Girard, devra absolument tenir compte dans le premier budget caquiste qui devrait, selon leurs affirmations, mettre l’éducation à l’avant-plan.

Plusieurs recommandations pertinentes

Bien que le rapport reste muet sur certains des consensus exprimés par la communauté collégiale tels que l’instauration de ratios reliant le personnel professionnel et de soutien au nombre d’étudiantes et étudiants, la CSQ tient à saluer plusieurs des recommandations du comité.

L’amélioration du financement de base des cégeps et l’aide au démarrage de petites cohortes donneraient de l’oxygène aux établissements en région ou de petite taille. La bonification des mesures reliées à la réussite étudiante constituerait un autre pas dans la bonne direction alors que le nombre d’étudiantes et étudiants à besoins particuliers continue de croître. Finalement, un rehaussement des sommes accordées pour les immobilisations aurait pour effet d’aider à résorber le déficit d’entretien accumulé au cours des dernières années.

Démontrer que l’enseignement supérieur est une priorité

« Beaucoup d’énergie a été consacrée à la consultation et à l’implication des acteurs du réseau collégial, il ne faut donc pas que le rapport soit tabletté par le nouveau gouvernement. Nous souhaitons que le ministère applique rapidement ces recommandations qui permettront d’améliorer le réseau collégial, maillon incontournable de notre système d’éducation partout au Québec. Si l’éducation et l’enseignement supérieur constituent une priorité pour le gouvernement, c’est le moment d’en faire la preuve », conclut Mario Beauchemin.

Rappelons qu’en enseignement supérieur, la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ), la Fédération du personnel de soutien de l’enseignement supérieur (FPSES-CSQ) et la Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ) réunissent des syndicats dans l’ensemble du réseau des cégeps.